Archives de catégorie : Arielle Desjardins

Analyse du sondage: des résultats alarmants

Nous avons effectué notre sondage auprès des étudiants du Cégep Gérald-Godin. Les résultats sont clairs, dans une très large majorité, les étudiants du Gérald-Godin, ne connaissent pas les Roms. On peut présumer que, comme les Roms vivent majoritairement en Europe, cela explique la méconnaissance dans le cégep québécois. En effet, puisque le nombre de Roms situés à l’extérieur de l’Europe est négligeable, les chances de les connaître sont moindres, car il ne s’agit pas d’un enjeu nord-américain.

La première question de notre sondage demandait simplement aux étudiants s’ils avaient déjà entendu parler de cette population. La majorité des gens, soit 75%, ont dit ne jamais avoir entendu parler des Roms et ce, même s’ils ont voyagé en Europe. Quelques individus avaient abordé le sujet au secondaire où avaient lu sur le sujet sur internet ou dans les médias, mais ils étaient peu nombreux.

Nous avons aussi demandé aux répondants à quoi le terme « Rom » leur fait penser. Plusieurs étudiants pensaient plutôt que le terme « Rom » était un habitant de la Roumanie ou une boisson alcoolisée.

En demandant aux jeunes une définition des gens du voyage, nous avons constaté que leurs connaissances sont limitées. Les étudiants n’ont pas donné de définition claire des gens du voyage. Pour eux, ce sont des gens comme les autres qui voyagent tout simplement. Ils n’ont pas conscience qu’il s’agit d’une population bien distincte dans leur pays d’adoption.

Nous avons demandé aux répondants s’ils pensaient que les Roms étaient bien intégrés dans la société. 75% des répondants nous ont dit non. Les étudiants sont donc conscients du fossé qui existe entre cette population et les autres habitants du même pays.

Nous avons aussi voulu savoir comment ils pensent que les sociétés occidentales perçoivent les Roms. Nous avons eu droit à toutes sortes de réponses. Dans la majorité des cas, les perceptions étaient négatives. Les Roms ont été qualifiés de voyous, voleurs, nuisances ou de problèmes. Pour une minorité, ils sont davantage des explorateurs ou des gens voulant se cultiver.

Une question a fait l’unanimité. Tous pensent que les Roms devraient avoir le même statut que les autres habitants de leur pays. Malgré leurs distinctions, les étudiants affirment qu’on devrait tous être égaux. 50% des répondants ont mentionné qu’ils seraient contents pour leur sœur si elle sortait avec un Rom.

Finalement, nous voulions savoir quels termes désignant les populations du voyage étaient les mieux perçus. 47% des répondants ont choisi « Gens du voyage » comme terme fétiche. 31% ont opté pour « Gitans » et 16% pour « Roms ». Le terme « Tsiganes » n’a reçu que 0,03% des votes.

En somme, les résultats de notre sondage ont confirmé notre hypothèse. Les Roms sont méconnus chez les étudiants. Les préjugés sur cette population sont très nombreux. Nous pensons que notre sondage a permis à certains de découvrir les gens du voyage et les faire réfléchir sur leur réalité. Le sondage confirme l’importance de notre recherche. Nous pensons qu’il est des plus nécessaires de faire connaître les Roms et ce qu’ils sont réellement, car il s’agit d’un enjeu européen de taille.

Renaud Beauregard-Leblanc, Antoine Brouillette,

Arielle Desjardins et Alycia Leduc

Éditorial : Les Roms : parasites ou simples voyageurs ?

Roms, Tsiganes, Gypsies, Sintis, Gitans, Bohémiens, Manouches, et pourtant, une seule réalité. Les gens du voyage sont présents partout dans le monde, essentiellement en Europe, mais ils sont très méconnus. Qui sont-ils réellement ? Des voleurs, des arnaqueurs, des profiteurs, des bandits, des brigands ? Durant cette recherche, nous voulons répondre à ces questions et agrandir nos connaissances sur les Roms puisqu’il représente un enjeu majeur en Europe.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/0/08/Mrap-roms.jpg
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/0/08/Mrap-roms.jpg

En effet, ils représentent une minorité ethnique estimée entre 10 et 12 millions d’individus en Europe, soit 1,2%. de la population de l’Union Européenne et ils sont également la minorité la plus imposante d’Europe(Alexandre Boudet,2011). Les Roms, en provenance de l’Inde, forment un peuple migratoire qui s’est étendu sur l’ensemble du territoire européen(Marcel COURTHIADE). Ceux-ci sont caractérisés par leur mode de vie nomade et insoumis aux lois des sociétés contemporaines dans lesquelles ils se trouvent. Les racines de ce peuple incarnent l’essence même de la migration de l’Orient à l’Occident, depuis le Moyen-Âge, ce peuple se fraie un chemin à travers les pays en direction de l’ouest, jusqu’aux grandes villes d’Europe dans le but d’améliorer leurs conditions de vie ou tout simplement pour fuir leur situation. Les Roms sont surtout présents en Europe de l’Est, dans les pays comme la Roumanie et la Bulgarie, mais ils sont aussi trouvés en Europe de l’Ouest, où leur situation est plus précaire(Marcel COURTHIADE), sauf en Espagne ou ils sont probablement le pays où ils sont le mieux intégrés(Alexandre Boudet,2013). Dans le cadre de ce travail, nous étudierons la Hongrie, l’Italie, la France ainsi que l’Espagne. Un portrait des Roms sera fait pour chaque pays, en analysant la perception des habitants envers ce groupe, la participation des Roms à la vie active de leur terre d’adoption, le choix d’intégration de certains Roms à s’intégrer à la société en plus de l’évolution de la réglementation entourant ce peuple.

L’importance du sujet provient du fait qu’il touche  les aspects socioculturels et socioéconomiques des pays dont nous allons traiter. En effet, les Roms sont autour de plusieurs enjeux qui reviennent souvent dans l’actualité des territoires dont nous allons traités. Les différentes autorités concernées cherchent toutes des solutions à ce qui est considéré  comme étant un problème, les roms. En effet, les Roms ne sont pas ou sinon très peu intégré dans leur terre d’accueil. Cette intégration désastreuse des Roms aux sociétés européennes mène à de graves problèmes sociaux, économiques et culturels(Legros, Olivier; Vitale Tommaso, 2011) . Condition de vie insalubre, difficulté à intégrer le marché du travail, racisme et discrimination sont le lot de l’adversité que les Roms doivent affronter sur une base quotidienne.(Legros, Olivier; Vitale Tommaso, 2011) Ainsi, pour toutes ces raisons, même si les Roms ne constituent qu’une infime partie de la population de l’Union européenne, ils représentent un enjeu paneuropéen de taille qui fait régulièrement les manchettes.

Cette recherche se fait en parallèle avec plusieurs controverses qui surviennent ces dernières années avec les Roms dans les pays étudier. Évacuation forcer sont notamment le quotidien des Roms en France et en Italie(Legros, Olivier; Vitale Tommaso, 2011) . Les pays ne savent pas comment réagir fait à ce peuple nomade qui semble vivre en marge de la société. Les pays cherchent à trouver des solutions face à la situation actuelle. En temps qu’équipe, nous pensons que ces solutions ne sont malheureusement pas toujours à l’avantage des Roms et nous voulons comprendre grâce à cette recherche pourquoi il semble exister un clivage entre la population en générales et les Roms et pourquoi les gouvernements semblent démontrer une réaction hostile à leur égard.

Renaud Beauregard Leblanc, Antoine Brouillette Arielle Desjardins, Alycia Leduc.

Alexandre Boudet ,« Roms en Europe : comment les gouvernements répondent à la question» dans politique, huffingtonpost ( en ligne), http://www.huffingtonpost.fr/2013/09/29/roms-europe-gouvernements-reponse_n_3980507.html

Marcel COURTHIADE, « ROM », Encyclopædia Universalis [en ligne], http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/rom/

Legros, Olivier; Vitale Tommaso « Les migrants roms dans les villes françaises et italiennes : mobilités, régulations et marginalités », géocarrefour, Vol. 86/1 [En ligne], 2011, http://geocarrefour.revues.org/8220