Analyse du sondage: des résultats alarmants

Nous avons effectué notre sondage auprès des étudiants du Cégep Gérald-Godin. Les résultats sont clairs, dans une très large majorité, les étudiants du Gérald-Godin, ne connaissent pas les Roms. On peut présumer que, comme les Roms vivent majoritairement en Europe, cela explique la méconnaissance dans le cégep québécois. En effet, puisque le nombre de Roms situés à l’extérieur de l’Europe est négligeable, les chances de les connaître sont moindres, car il ne s’agit pas d’un enjeu nord-américain.

La première question de notre sondage demandait simplement aux étudiants s’ils avaient déjà entendu parler de cette population. La majorité des gens, soit 75%, ont dit ne jamais avoir entendu parler des Roms et ce, même s’ils ont voyagé en Europe. Quelques individus avaient abordé le sujet au secondaire où avaient lu sur le sujet sur internet ou dans les médias, mais ils étaient peu nombreux.

Nous avons aussi demandé aux répondants à quoi le terme « Rom » leur fait penser. Plusieurs étudiants pensaient plutôt que le terme « Rom » était un habitant de la Roumanie ou une boisson alcoolisée.

En demandant aux jeunes une définition des gens du voyage, nous avons constaté que leurs connaissances sont limitées. Les étudiants n’ont pas donné de définition claire des gens du voyage. Pour eux, ce sont des gens comme les autres qui voyagent tout simplement. Ils n’ont pas conscience qu’il s’agit d’une population bien distincte dans leur pays d’adoption.

Nous avons demandé aux répondants s’ils pensaient que les Roms étaient bien intégrés dans la société. 75% des répondants nous ont dit non. Les étudiants sont donc conscients du fossé qui existe entre cette population et les autres habitants du même pays.

Nous avons aussi voulu savoir comment ils pensent que les sociétés occidentales perçoivent les Roms. Nous avons eu droit à toutes sortes de réponses. Dans la majorité des cas, les perceptions étaient négatives. Les Roms ont été qualifiés de voyous, voleurs, nuisances ou de problèmes. Pour une minorité, ils sont davantage des explorateurs ou des gens voulant se cultiver.

Une question a fait l’unanimité. Tous pensent que les Roms devraient avoir le même statut que les autres habitants de leur pays. Malgré leurs distinctions, les étudiants affirment qu’on devrait tous être égaux. 50% des répondants ont mentionné qu’ils seraient contents pour leur sœur si elle sortait avec un Rom.

Finalement, nous voulions savoir quels termes désignant les populations du voyage étaient les mieux perçus. 47% des répondants ont choisi « Gens du voyage » comme terme fétiche. 31% ont opté pour « Gitans » et 16% pour « Roms ». Le terme « Tsiganes » n’a reçu que 0,03% des votes.

En somme, les résultats de notre sondage ont confirmé notre hypothèse. Les Roms sont méconnus chez les étudiants. Les préjugés sur cette population sont très nombreux. Nous pensons que notre sondage a permis à certains de découvrir les gens du voyage et les faire réfléchir sur leur réalité. Le sondage confirme l’importance de notre recherche. Nous pensons qu’il est des plus nécessaires de faire connaître les Roms et ce qu’ils sont réellement, car il s’agit d’un enjeu européen de taille.

Renaud Beauregard-Leblanc, Antoine Brouillette,

Arielle Desjardins et Alycia Leduc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *