L’immigration clandestine en Espagne

Fronterasur (2005)
Fronterasur (2005)

Avez-vous déjà entendu parler de l’immigration clandestine?

La plupart des gens s’entendent pour dire qu’un clandestin est une personne qui vit illégalement dans un pays, traverse une frontière sans papiers légaux et n’est pas un citoyen officiel. (voir Mythes et réalité par rapport à la clandestinité)

Maintenant, comment cette définition s’applique-elle au cas de l’Espagne? Ce pays ne partage que des frontières avec le Portugal et la France, des pays où on imagine mal un grand nombre de clandestins en mouvement constant. Mais le problème n’est pas là. Les clandestins qui arrivent en Espagne par milliers y sont arrivés par nul autre moyen de transport qu’une embarcation misérable.

1 600 migrants sont portés disparus depuis le début de l’année 2015 dans la Méditerranée. Les chiffres ne font qu’augmenter.

Le sujet de l’immigration clandestine en Espagne peut se diviser en plusieurs dimensions pour en faire une analyse plus profonde. En effet, il est important de traiter de plusieurs aspects. Notamment, de l’aspect géo-historique puisqu’il favorise l’immigration clandestine entre les pays du nord de l’Afrique et l’Europe.  L’aspect socio-politique pour démontrer les impacts sur la société quant aux mentalités face aux migrants et les changements politiques qui en résultent. L’aspect socio-économique pour voir si, à long terme, l’Espagne va retrouver une certaine stabilité financière et sociale.

Nous considérons le sujet de l’immigration clandestine en Espagne en est un primordial au sein de l’espace Méditerranéen. En effet, l’Espagne est le pays de transit migratoire par excellence en Europe. Dans l’actualité, elle se trouve au cœur des nouvelles, souvent accompagnées de ses homologues Italiens et Grecs, parce qu’elle fait partie de plusieurs débats et fait face à plusieurs problématiques de grande envergure. Il va de soi en s’informant sur la question que les migrations qui se font du sud au nord (ce qui s’applique très bien à ce pays), entraîneront à long terme un certain déséquilibre démographique, financier et social. Effectivement,

[l]’immigration clandestine est un phénomène qui accable l’Espagne depuis plusieurs décennies. En raison de la position géographique de ce pays et du manque de législation internationale concernant l’immigration clandestine, il est délicat de jongler avec cette situation (Lafrance,  2014).

Suite à l’événement du 19 avril dernier,  un naufrage survenu au large de la Lybie et de L’Italie, où 700 migrants sont portés disparus, il nous semble encore plus urgent que des mesures doivent être  prises pour empêcher une nouvelle catastrophe clandestine. Partout dans le monde, ce naufrage, s’inscrivant dans une longue liste de tragédies qui étaient plutôt inconnues du grand public jusqu’à maintenant, fait la Une dans les plus grands médias et s’accompagne d’une prise de conscience générale du problème Méditerranéen.

En effet, on remarque une certaine agitation des ministres européens : ils sentent qu’il faut agir au plus vite, car c’est leur continent entier qui est aux prises avec des flux migratoires d’arrivée provenant d’Afrique et de sortie de citoyens qui vont rejoindre les rangs djihadistes dans les pays du Moyen-Orient. Suite à nos lectures sur le sujet, nous sommes d’autant plus conscientes que cette problématique ne doit pas seulement être réglée « prochainement », mais bien rapidement. L’indifférence des états perçue dans nos lectures a laissé place à la réaction face aux problèmes.

Nous espérons que suite à ce qui s’est passé, l’immigration clandestine, qu’elle soit en Espagne ou ailleurs dans l’espace Méditerranéen, soit prise comme un problème d’envergure et que l’on agisse concrètement pour le régler à sa source même.

Pour un portrait global de la situation en Méditerranée, vous pouvez consulter l’article La tragédie des migrants en Méditerranée résumée en sept cartes et graphiques .

Voici un reportage très intéressant en lien avec les passages des migrants clandestins à Melilla (Espagne)

Ashley Riley

Emilie Renaud

Marianne Renauld Robitaille

Médiagraphie :

LAFRANCE, Sofie. « La polémique de l’immigration clandestine en Espagne», dans UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE, Perspective Monde, [En ligne], http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMAnalyse?codeAnalyse=378 (Page consultée le 8 février 2015)

2 réflexions au sujet de « L’immigration clandestine en Espagne »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *