Vérification de la réalité : Entrevue sur l’’intégration des enfants adoptés à l’international dans la société québécoise

L’intégration des enfants adoptés à l’international dans la société québécoise.

Le 6 avril dernier, l’équipe qui travaillait sur l’adoption internationale a eu la chance d’interroger quatre personnes de sexe féminin qui ont été adoptées de la Chine et qui sont maintenant âgées de 17 à 22 ans. L’entrevue, conforme aux règles éthiques, s’est déroulée comme suit;  l’équipe a interrogé une participante à la fois en respectant l’ordre des questions de la grille d’entrevue. Cette entrevue était une entrevue semi-directe, car la personne répondait à des questions ouvertes qui permettait de répondre à la problématique. De plus, l’entrevue suivait un plan déjà établi, soit la grille d’entrevue. Le but cette dernière était de savoir si un enfant adopté à l’international s’intégrait bien dans la société ou non.  En mettant les propos recueillis dans un tableau, il est observé que les quatre participantes de l’entrevue sont bien intégrées dans la société québécoise. En effet, ces dernières disent qu’elles se sentent acceptées dans leur famille et dans leur cercle d’amis, puisqu’elles se sentent incluses dans ces deux groupes. Par exemple, la participante numéro deux admet que ces amis oublient qu’elle est d’origine asiatique qu’elle a été adoptée. Cela prouve que cette personne est bien intégrée socialement dans son cercle d’amis. Les autres personnes qui ont participé à l’entrevue ont  une opinion semblable à celle de la  participante numéro deux. Alors, les participantes se sentent incluses dans leur groupe d’amis et  elles ne se sentent pas rejetées. Pour ce qui concerne le milieu familial, toutes les participantes disent être acceptées et que leurs parents les aiment et les désiraient. Ces dernières se sentent aimées et incluses dans leur famille adoptive. D’ailleurs, la participante numéro trois affirme que ses parents l’aiment et qu’ils sont contents de l’avoir. Du côté professionnel, cette même personne mentionne  qu’elle n’a jamais eu de problèmes à se faire engager à cause de son origine.

De plus, les quatre participantes soutiennent qu’elles n’ont pas de sentiment d’appartenance à leur pays d’origine. La participante numéro un dit qu’elle s’identifie davantage comme une Québécoise qu’une Chinoise, car elle a été adoptée très jeune, ce qui fait qu’elle a seulement connu la culture et les valeurs québécoises. Pour sa part, la participante numéro deux affirme qu’elle ne s’identifie pas comme une Chinoise, car son entourage n’est pas chinois. Les autres interrogées ont répondu une réponse semblable à la participante un  et deux.

En d’autres mots, mêmes si les participantes ont une couleur de peau différente que celle des Québécois, elles se sentent intégrées dans la société.  Cependant, il est faux de conclure que tous les enfants adoptés à l’international s’intègrent aussi bien dans la société que ces quatre Québécoises d’origine chinoise. En effet, celles-ci forment un échantillon n’est pas représentatif de la population entière des enfants adoptés à l’international.

job-interview-156130_640

Sources: INCONNU, « Job, Interview, Career, conférence Conversation», 2013, sur le site Pixabay, [En ligne], http://pixabay.com/en/job-interview-career-conference-156130/( Page consultée le 18 avril 2015)

Voici un extrait de l’entrevue de la participante 4 :

Question 1 : Quel est ton pays d’origine?

Réponse : Mon pays d’origine est la Chine.

Question 2 : À quel âge- as-tu été adoptée?

Réponse : J’ai été adopté j’avais 5-6 mois.

Question 3 : Te sens-tu différente  des autres personnes autour de toi  à cause de ta couleur de peau?

Réponse : Au début du primaire, je ne réalisais pas vraiment qu’il y avait une différente physique entre moi et les autres enfants caucasiens. Puis, rendu à un certain âge (fin du primaire), j’ai commencé à prendre plus conscience de la différence physique (traits comme les yeux, les cheveux, le nez). Au secondaire, il y avait plein d’ethnies différentes. Oui, je savais que physiquement j’étais différente.

Question 4 : As-tu l’impression que tu es acceptée dans la société et pourquoi? Au travail? À l’école? Dans le cercle d’amis, dans la famille?

Réponse : Ma famille m’aime beaucoup. Ils m’ont tous accepté dès que je suis arrivée et jamais je n’ai senti du rejet ou quoi que cela soit de leur part. J’ai mes conflits comme n’importe qui dans une famille avec les membres directs et plus éloignés (tantes, oncles, cousins…) mais ce n’a jamais été en raison de mes origines.

À l’école, je me suis toujours sentie acceptée. Je n’ai jamais eu de problèmes à me faire des amis et j’ai toujours eu de bons amis tout au long de mes études (primaire, secondaire, cégep…).

Au travail, je me suis toujours fait acceptée aussi. Je considère que c’est surtout en raison de ma personnalité. Quand l’employeur me rencontre pour la première fois, c’est toujours une réaction de surprise quand la personne lit mon nom et me voit. Mais cela ne m’a jamais empêché d’être engagée nulle part.

Question 5: Ressens-tu un sentiment d’appartenance à ton pays d’origine? Si oui, pourquoi? Sinon pourquoi?

Réponse : Non, aucun. Je ne m’associe aucunement aux Chinois ou à la culture asiatique. J’ai grandi toute ma vie à Montréal dans une famille qui vient de Montréal et la Gaspésie. J’ai reçu une certaine éducation, j’ai développé mes valeurs personnelles avec de grandes influences occidentales. Je n’ai senti aucune affinité avec la culture chinoise lorsque j’y suis allée, autant du côté campagnard que du côté urbain.

Voici, un article du journal La Presse , intitulé « Quand l’adoption tourne au cauchemard», qui  traite des enfants qui ont été adoptés à l’international et qui n’ont pas été bien intégrés dans leur milieu social. Cet article traite du trouble de l’attachement en lien avec l’adoption internationale. Voici, l’hyperlien de cet article:

HACHEY Isabelle, « Quand l’adoption tourne au cauchemar», La Presse, 16 juin 2014, [En ligne], http://www.lapresse.ca/vivre/famille/201406/15/01-4776069-quand-ladoption-tourne-au-cauchemar.php( page consultée le 24 avril 2015)

 

Bibliographie, Médiagraphie:

1) HACHEY Isabelle, « Quand l’adoption tourne au cauchemar», La Presse, 16 juin 2014, [En ligne], http://www.lapresse.ca/vivre/famille/201406/15/01-4776069-quand-ladoption-tourne-au-cauchemar.php( page consultée le 24 avril 2015)

2) INCONNU, « Job, Interview, Career, conférence Conversation», 2013, sur le site Pixabay, [En ligne], http://pixabay.com/en/job-interview-career-conference-156130/( Page consultée le 18 avril 2015)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *