L’intégration des Immigrants au Québec: L’intégration fonctionnelle.

Le Québec, une société d’accueil!

4733141610_9447703801_o
https://www.flickr.com/photos/anirudhkoul/sets/72157624229773739/detail/

L’immigration au Québec est un des efforts les plus importants de la vie de l’immigrant. Plusieurs défis présents à l’adaptation d’une nouvelle société et de se tailler une place dans ce monde. Dès l’arrivée au Québec, l’immigré fera l’expérience de nombreux changements et va chercher de nouvelles façons créatives de faire les choses.

Le Québec est une société enrichie par la diversité qui accueille les immigrants des quatre coins de la terre avec leur savoir-faire, les compétences, la langue, la culture et la religion. Tous les Québécois jouissent des droits et libertés reconnus par la Charte des droits et libertés (Chicha et Charest, 2008). En collaboration avec des partenaires publics, privés et communautaires, le gouvernement du Québec fournit des services d’accueil et de soutien pour l’intégration sociale, économique et culturelle ainsi que des cours de français adaptés aux besoins des personnes qu’elle accueille.

Au Québec, le ministère de l’Immigration et des Communautés culturelles (MICC) est l’une des principales sources d’information. En outre, les organismes communautaires qui reçoivent un soutien financier du MICC aident aussi à accueillir et intégrer les immigrants. Comme ils sont très conscients des besoins des nouveaux arrivants, ils peuvent aider de manière très concrète (Lapierre, 2005). Pour faciliter l’intégration et aider les nouveaux arrivant, les services offerts par les organismes de MICC et communautaires sont gratuits. Mais, seulement l’évaluation comparative des études effectuées hors du Québec comporte des couts.

Pour bien s’intégrer, il est important pour les immigrés de comprendre le système du Québec. Il est donc primordial de comprendre que tous les Québécois, y compris les nouveaux arrivants, jouissent des droits et libertés reconnus par la Charte des droits et libertés et sont tenus de respecter les valeurs qu’elle consacre. En tant qu’immigrant, il leur est engagé à la prise en charge de leur processus d’intégration et de commencer dès que possible, avec les moyens qui sont à leur disposition (Aleong, 2010). Il est également important de s’engager à comprendre et respecter les valeurs communes de la société québécoise ainsi que toutes ses lois, indépendamment de leurs convictions personnelles. La réussite d’une bonne intégration dépend, dans une large mesure, des efforts mis et de la capacité de chacun à s’adapter à la société québécoise. Chacun à un rôle actif a joué à chaque étape du processus d’intégration. Il y a des services publics et communautaires qui sont disponibles pour soutenir et aider les personnes qui en ont besoin à chaque étape du développement de l’immigrant ( Bouchard, 2000).

L’étape la plus importante dans l’intégration est d’assurer une bonne intégration fonctionnelle qui est de s’assurer une survie en quelque sorte donc, de se trouver un logement, un travail, une école pour les enfants… Lorsque l’immigrant entre en contact avec leur nouvelle société et des différentes façons, il est probable de faire face à quelques problèmes d’adaptation comme la difficulté à trouver un emploi, l’incertitude financière, le choc culturel, le fardeau des responsabilités familiales dans un nouvel environnement. Les enfants peuvent également avoir des difficultés à s’adapter, notamment à l’école. Ces problèmes peuvent se traduire par des difficultés d’apprentissage ou l’isolement. Pour remédier à la situation, l’immigrant doit être persévérant et chercher le soutien dont il a besoin en consultant les ressources de la société d’accueil. Diverses ressources peuvent aider à surmonter les difficultés. Au Québec, il est courant de demander de l’aide en dehors du cercle de famille et des amis. Il y a un organisme communautaire pour les immigrants et un Centre de santé et de services sociaux qui sont disponibles pour aider les personnes qui ont certaines difficultés à s’intégrer (Paillé, 2007) .

Une langue qui voyage, une culture qui se partage!

Dia image livre
http://pixabay.com/fr/livre-ouvert-pages-bibliothèque-408302/

Le Québec est une société de langue française, démocratique et pluraliste fondée sur la primauté du droit, ce qui signifie que tout le monde a la même valeur et la dignité ainsi que le même droit à la protection en vertu de la loi. Connaissance et respect des valeurs de la société québécoise sont nécessaires pour s’adapter au nouvel environnement et pour y participer pleinement (Chicha et Charest, 2008). En signant la déclaration sur les valeurs communes de la société québécoise, la personne s’engage à respecter les valeurs communes de la société québécoise et de vivre au Québec dans le cadre de ces valeurs et de s’y conformer.

Parler français est une nécessité. La société québécoise est régie par la Charte de la langue française qui fait du français la langue officielle du Québec. Le français est la langue des institutions publiques et la langue standard commune de travail, enseignement, des communications, du commerce et des affaires. Québec se soucie de préserver et de promouvoir sa langue officielle (Meintel, 2003). Le français est non seulement un outil de communication essentiel, mais aussi un symbole commun d’appartenance à la société québécoise. Pour intégrer dans leur nouveau milieu de vie, les immigrants qui ne parlent pas couramment le français doivent faire un effort pour apprendre. Pour les y aider, le gouvernement du Québec offre des cours de français. Les enfants d’immigrants qui s’installent de façon permanente au Québec fréquentent normalement l’école française. Les candidats qui souhaitent exercer une profession règlementée par un ordre professionnel doivent démontrer une connaissance suffisante de la langue française afin d’obtenir un permis régulier (Martel et Cajolet-Laganière, 2006) .

L’immigrant qui ne maitrise pas la langue française sera dirigé vers un programme de francisation qui lui permettra d’arriver à communiquer avec son entourage. La francisation est présentée comme la mesure politique la plus significative sur le plan linguistique et culturel. De ce fait, la capacité de communiquer, grâce à l’appropriation de la variété du français, est un facteur linguistique de l’intégration. De plus, à la fin cette formation, les immigrants auront acquis des compétences linguistiques et sociolinguistiques qui leur permettent une mobilité linguistique et sociale limitée. La francisation est une des mesures de politique linguistique mise en place au Québec dans le but de faire du français le vecteur et la caractéristique de l’intégration des immigrants. L’intégration désigne un état de forte interdépendance ou cohérence entre des éléments ou bien des processus sociaux. Apprendre le français et l’adopter comme une langue commune de la vie publique compose des exigences nécessaires à l’intégration. En effet, la langue est non seulement l’instrument essentiel qui permet la participation, la communication et l’interaction avec les autres Québécois, mais elle est également un symbole d’identification. Pour un immigrant, l’apprentissage du français vient conforter le développement de son sentiment d’appartenance à la communauté́ québécoise. Pour les membres de la société d’accueil, le partage d’une langue commune, le français, avec les immigrants faciliterait l’ouverture à la diversité. Les immigrants doivent développer un sentiment d’appartenance à la communauté québécoise. Selon le Gouvernement, les immigrants doivent inévitablement mettre en place une démarche d’intégration, en s’assurant de ne pas s’isoler, ne pas se replier sur leur culture et à s’ouvrir à la société́ d’accueil. Ils doivent se sentir de plus en plus Québécois ( Bouchard, 2000).

Pour plus d’informations sur la langue et son importance au Québec jetez un coup d’œil à l’article de Remy Ahishakiye!

                                                                                                    Pamela Majdalani  

Médiagraphie

Livres

  • ALEONG Stanley (2010), « Normes linguistiques, normes sociales, une perspective anthropologique », dans BEDARD E., MAURAIS J. (2010), La norme linguistique, Coll. L’ordre des mots, Québec : Gouvernement du Québec, Paris : Le Robert (p. 255-581)
  • BOUCHARD Gérard (2000), Le français comme langue de la citoyenneté et vecteur d’intégration culturelle au Québec, Mémoire présenté à la Commission des États généraux sur la situation et l’avenir de la langue française au Québec, nov. 2000, Montréal.
  • MEINTEL Deirdre (2003), « L’identité ethnique chez de jeunes Montréalais d’origine immigrée », Sociologie et Sociétés, Vol. 24, n°2, automne 2003, Montréal : Presses de l’Université de Montréal (p. 73-89)

Thèse

  • Lapierre Vincent N. (2005). Le français, langue normale et habituelle du travail dans une économie ouverte, Québec, Conseil supérieur de la langue française, août.
  • MARTEL Pierre, CAJOLET-LAGANIERE Hélène (2006), Le français québécois : usages, standard et aménagement, Ste-Foy : Iqrc, Presses de l’Université Laval
  • Paillé M. (2007). «Se donner les moyens de franciser les immigrants», Le Devoir, Montréal, 23 mai, A7.

4 réflexions au sujet de « L’intégration des Immigrants au Québec: L’intégration fonctionnelle. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *